Eglise Saint-Pierre

Eglise Saint-Pierre

L’ancienne église néo-romane a été détruite en 1876. Elle se situait à 250 mètres de l’église actuelle, à un emplacement qui se situe aujourd’hui dans le parc du château de Charmeil, édifié au XVIIIe siècle. L’église est représentée sur la carte de Cassini du XVIIIe siècle, en position isolée, dans le bourg. On retrouve sa présence sur un plan des abords du château, dressé en 1817, pour une demande de suppression de chemin vicinal par la marquise d’EVRY. L’édifice, placé sous le vocable Saint-Pierre, était un prieuré bénédictin dépendant de l’abbaye Saint-Allyre de Clermont. En effet, Saint-Pierre de Charmeil est mentionné dans une bulle du pape Alexandre III, du 15 juin 1165, confirmant les possessions de l’abbaye clermontoise. Il faut préciser qu’au Moyen Âge la paroisse de Charmeil appartenait à l’ancien diocèse de Clermont.

La première pierre de la nouvelle église Saint-Pierre de Charmeil a été posée le 13 octobre 1862 comme en témoigne une plaque de plomb commémorative, conservée dans la sacristie. L’édifice a été entièrement financé par la marquise d’Evry et s’élève sur ses terres, en bordure du chemin de grande communication n°6 traversant le bourg de Charmeil du nord au sud. La nouvelle église est située à 250 mètres au nord-ouest de l’emplacement de l’église primitive qui ne servait plus de culte. Le coût de la construction s’élève à 50.000 francs environ.

L’édifice adopte un plan en croix latine avec une nef unique de trois travées (couverte d’une voûte en berceau plein cintre) qui ouvre, par l’intermédiaire d’un fort transept, sur un chœur à abside flanquée d’absidioles (voûtées en cul-de-four). La construction de style néo-roman emploie majoritairement le grès en pierre de taille et la brique qui est réservée aux chaînages d’angle, aux contreforts et à l’entourage des baies. Les parements en pierre sont recouverts d’un enduit (l’enduit intérieur a été restauré en 2000, ainsi que les vitraux), laissant seuls les éléments architectoniques en briques visibles.

Le 2 juillet 1871, le conseil municipal délibère sur une proposition d’échange des 2 églises de Charmeil, appartenant l’une à la commune, l’autre à monsieur et madame le marquis et comte d’Evry. Les Evry s’engagent à céder en toute propriété leur église neuve (construite par leur mère sur leur propre terrain) à la commune. En échange, la commune fait don de l’ancienne église située dans le parc du château. La commune devra détruire l’ancienne chapelle et enlever, à ses frais, les matériaux. D’autre part, les Evry se réservent, pour leur famille et à perpétuité, la chapelle sud de l’église neuve. Ils s’engagent aussi à concéder à la mairie une étendue de terrain autour de l’église où pourront être construits le presbytère et les dépendances nécessaires. Accepté en 1871 à l’issue de la réunion du conseil, l’échange est définitivement autorisé par arrêté préfectoral du 2 mars 1877.

La première messe est célébrée le 4 juillet 1874 par Henri Vicaire.

Entre 1903 et 1904, le clocher de l’église est reconstruit sur les plans de Percilly, ainsi que la sacristie, par l’entreprise Lafaye de Saint-Gérand-le-Puy.

Site réalisé par IntraMuros SAS | Mentions légales | CGU | Copyright 2020